logo

Défie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière, et du moine de tous les côtés

Ces dernières années, le Club Taurin Vicois n’a pas manqué de se faire remarquer par l’entremise de son président plus que par les toros qui furent combattus dans le ruedo gersois. La dernière sortie en date se révèle succulente tant elle pourrait être la synthèse parfaite d’un esprit profondément chrétien mâtiné d’un humour au second degré du plus bel effet…, s’il s’était agi d’humour (mais nous nous permettons d’en douter). Le député (affilié à la L.F.I) de la 18ème circonscription de Paris, Aymeric Caron, a reçu de la part du président du C.T.V. une invitation pour venir assister à une corrida lors de la prochaine feria de Vic-Fezensac. Le bougre y est sollicité en tant « qu’invité d’honneur » et sera reçu, d’après les mots du Big Chief de Vic, « à la hauteur de son rang ». Donc, pour résumer la situation « humoristique », nous avons un organisateur de corrida du Sud-Ouest qui invite LE député de la République qui a essayé de le faire crever en novembre dernier. Vic, terre de toros, terre d’élevages que veulent voir disparaître Caron et ses ahuris de la viande artificielle ; Vic donc se propose d’accueillir le bourreau qui voulait sa peau deux mois auparavant. La démarche pédagogique avancée par le président du C.T.V. et formulée comme suit : « nous vous expliquerons en détail que la corrida est un rituel liturgique allant au-delà de la mort du toro » est à hurler de rire quand on sait que Caron considère qu’un oeuf de poule peut ressentir des émotions devant le film Titanic  (il devient mollet devant la scène de la voiture) ou qu’un moustique tigre est à même de frétiller à l’écoute d’un discours holographique du Leader minimo Mélenchon. Et comme si cela ne suffisait pas, il est ajouté entre parenthèses que Caron « sera protégé » lors de cette réception ce qui laisse sous-entendre que nous, aficionados, serions capables d’aller donner le coup de poing sur la tête à claques qui sert de vitrine aux lobbies de la viande chimique qui nous préparent un monde où même le goût sera devenu une supercherie. Le président du C.T.V. semble oublier que tout les amateurs de corridas ne réagissent pas comme lui qui s’était illustré il y a quelques années en frappant dans le callejón l’activiste anti-taurin originaire des Pays-Bas et dont le nom nous échappe aujourd’hui mais on s’en moque ou qui menaça physiquement l’un des nôtres l’an dernier qui s’agaçait de l’usage abusif du microphone vicois. Le soufflet de la PPL de novembre 2022 étant retombé, était-il judicieux d’agacer les braises pour le faire regonfler ? Et de cette manière ? Au-delà d’une démarche si affligeante, on craint le pire si Caron accepte l’invitation : combien de minutes au micro seront nécessaires pour annoncer l’événement ? Et si Caron venait, annoncera-t-on à l’issue de la course, qui de Caron ou du « Guide infaillible » de l’O.N.C.T et de l’U.V.T.F. (c’est le même) a remporté le concours de la coupe de cheveux dans le vent ? Au fait, les comptes de l’U.V.T.F. sont toujours le mystère le mieux gardé du petit monde taurin français. Cervantès écrivait : « Défie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière, et du moine de tous les côtés. »

  1. François Jarry Répondre
    Excellent ! Parfaitement en accord, très bien le sujet de la fin, à propos de l'UVTF et de son éminent conseiller, ils étudient les propositions de la FSTF, en particulier le réglement taurin ?

Laisser un commentaire

*

captcha *